Vous êtes ici: Accueil Les Découvertes Notre avis sur ... Nos disparus de Tim Gautreaux Coup de coeur de MC

Nos disparus de Tim Gautreaux Coup de coeur de MC

AddThis Social Bookmark Button
Envoyer Imprimer

OPAC Détail de notice


Sam Simoneaux rate de peu la grande guerre, celle de 14-18. Il débarque le jour de l'Armistice. Mais ce n'est pas pour autant que lui et ses camarades vont rentrer chez eux. Ils vont avoir pour mission de déminer les champs de batailles. La confrontation à l'horreur de la guerre est brutale. Les rêves de gloire, de patriotisme envolés. Ne reste que des champs labourés par les canons, des terres gorgées de mucus. Sam n'a pas grandi dans sa famille. Son oncle l'a adopté après que sa famille ait été massacrée en Louisianne. Il n'avait que six mois. Est-ce ce défaut de mémoire qui l'entraîne à la recherche d'une petite fille qui a été enlevée presque sous ses yeux ? Il s'embarque alors sur l'un des de ces bateaux à aube qui organisent des croisières musicales sur le Mississipi. Au fil de l'eau et des incidents, il remonte le fil de sa mémoire et rencontre ses origines. La musique. Les questions de tolérance, d'humanisme et de leurs transmissions en milieu violent sont au coeur même de « Nos disparus ».

 

 

Quatrième de couverture :
1918. Sam Simoneaux, dont la famille a été massacrée quand il avait six mois, débarque en France le jour de l'Armistice. On l'envoie nettoyer les champs de bataille de l'Argonne.
1921. Rentré traumatisé à La Nouvelle-Orléans où il est devenu responsable d'étage aux grands magasins Krine, Sam ne peut empêcher l'enlèvement, quasiment sous ses yeux, de Lily Weller, trois ans et demi. Licencié, sommé par les parents Weller de retrouver leur enfant, il embarque comme troisième lieutenant à bord de l'Ambassador, bateau à aubes qui organise des excursions sur le Mississippi. Le roman longe le fleuve sur fond de musique de jazz – orchestre noir, orchestre blanc et alcool à volonté. Au gré des escales et des bagarres, Sam, toujours en quête de Lily, met au jour un fructueux commerce d'enfants animé par quelques spécimens peu reluisants de la pègre des bayous. Les vrais sujets de cette fresque naturaliste striée de noir restent les liens du sang, l'inanité de la vengeance et la transmission des valeurs. Les premières pages du roman.

 

 

Nos disparus sur le site du seuil